NOTE SUR LE PROJET PEDAGOGIQUE

 
"LA MUTATION ARCHITECTURALE"
Intervention de Michel POSSEMPES à ENA-Fès,
de l'Ecole Nationale Supérieure de Paris Malaquais

 

La mutation en architecture n'est pas un acte culturel, et ne doit pas l'être, elle ne doit pas être un objectif en soi, préconçue pour se revendiquer comme tel; elle procède d'une nécessité, d'un besoin de transformer, de conserver ou de réutiliser une construction ou un ensemble. Elle résulte d'une démarche collective de société qui répond à des besoins économiques, politiques ou symboliques.
La mutation architecturale est résiduelle du développement de la société. Elle s'inscrit dans un mouvement complexe humain qui procède du "réel, de l'imaginaire et du symbole".
Le bâti voué à muter a son caractère, sa texture; il résiste ou se refuse aux exigences modernes, technocratiques ou administratives.
A ce titre, il ouvre la porte d'un champ dérogatoire exceptionnel, formidable laboratoire de recherche pour adapter les ouvrages aux performances ou nécessités actuelles. C'est clairement l'obligation d'inventer des dispositifs, de créer des réponses à des questions contemporaines grâce à une matière ancienne. C'est aussi toute l'idée de cette matière qui se reproduirait, sécrétant elle-même sa prolongation constitutive. Greffe en fragmentation ou en continuité.
Dans ce tremplin conceptuel paradoxalement contextuel, vecteur de l'imagination créative, réside la vraie leçon d'architecture.
Il s'agit de comprendre ce qui existe, de le connaître, de débusquer ses potentialités à la transformation, ses capacités à recevoir des insertions contemporaines.
Les prescriptions et obligations compliquées du monde d'aujourd'hui sont mises en échec par le patrimoine qui doit survivre; le constat est flagrant.
Une Ecole d'Architecture est le lieu rêvé pour poursuivre cette étude, cette réflexion, pour initier des manifestes d'architectes pour des actions responsables.
 
------ 
Programme prévu par l'ENA-Fès, niveaux S1, S2 et S3. 06 au 10 décembre 2010, soutenu par l'Ambassade de France au Maroc (SCAC) et l'Institut Français de Fès. Intervenant Michel POSSOMPES, Architecte DPLG, SA "FONDAMENTAL", et enseignant à l'Ecole Nationale Supérieure de Paris Malaquais.  

 

 

Haut de page